Follow

Université, précarité 

Tiens, j’ai une amie qui a terminé son master de sociologie il y a un an et qui veut continuer en thèse. Elle était major de promo en M1 et seconde de très peu en M2.
Ça fait un an et demi qu’elle cherche un financement. Pour l’instant elle n’en a aucun et vit du RSA.

Université, précarité 

La première année, elle a essayer d’obtenir une demande de financement auprès de notre université. Bien sûr elle n’était pas la seule et l’université ne finance pas plus d’une thèse de sociologie par an. C’est le major de sa promotion qui l’a eu.
Elle a candidaté auprès de l’EHESS, qui le lui a également refusé. L’EHESS prend en priorité les étudiant·e·s ayant un master de l’EHESS.

Show thread

Université, précarité 

Elle a contacté d’autres chercheur·se·s dans d’autres universités qui ont des sujets d’étude proche du sien, mais aucun autre n’a accepté de potentiellement la prendre en tant que doctorante, vu qu’il·elle·s avaient déjà plein de demandes, notamment locales.

Show thread

Université, précarité 

Pas découragée, elle a monté un projet avec l’aide de son potentiel directeur de thèse local et a demandé un financement au Conseil général. Le Conseil finance des projets qui peuvent influencer ses politiques publiques et le sien rentrait pile dans les clous.

Show thread

Université, précarité 

Et elle a attendu… À ce stade, un an était passé et il était désormais temps de recandidater auprès de l’université. Sauf qu’elle ne pouvait pas demander un financement car elle avait déjà une demande en cours ailleurs. Comme ça semblait bien se passer avec le Conseil général, elle a continué d’attendre. Finalement, le Conseil ne la financera pas.

Show thread

Université, précarité 

Peut-être qu’elle aura un financement l’an prochain. Ça fera déjà deux ans qu’elle aura terminé son master et si elle postule auprès de la fac, elle sera en concurrence avec les nouveaux·lles titulaires du master entre autre.

Show thread

Université, précarité 

Et même si elle réussit à décrocher un financement et qu’elle arrive à terminer sa thèse sur le temps impartie. Qu’elle devient docteur. Il se passe quoi après ? Avec un peu de chance, elle pourra avoir un CDD d’enseignement dans une fac en France, payé à peine au-dessus du SMIC, sans aucune garantie que son contrat soit renouvelé d’une année sur l’autre.

Show thread

Université, précarité 

Maintenant imaginez. Vous êtes étudiant·e·s en master, vous voyez que c’est ce qui vous attend. Mais en plus, si vous n’avez pas d’assez bons résultats, que vous manquez des cours ou des examens parce que vous êtes malade ou déprimée (ce qui est assez fréquent, on se demande pourquoi), on vous coupe les bourses voir vous demande de les rembourser. Si vous n’êtes pas suffisamment efficace, vous tomberez immédiatement dans la pauvreté.

Show thread

Université, précarité 

Du coup, quand on me demande où je me vois dans dix ans, je rigole. Rien n’est suffisamment stable dans ma vie pour que je projette au-delà de six mois. Alors dans dix ans…

Show thread

Université, précarité 

(Et je précise, je sais que les étudiant·e·s, même à l’université, on est bien loti·e·s par rapport à d’autres tranches de la population. Je voulais juste tenter d’expliquer un peu en quoi la position d’étudiant·e pouvait être très précaire.)

Show thread

re: Université, précarité 

@Sylvhem soutien à elle ...

Université, précarité 

@Sylvhem Nos profs nous parlent de recherche dans un cours dédié. Ils ont dit qu'ils aimeraient prendre des thésards mais que y a aucun financements. Et que même pour leurs recherches ils passent plus de temps à chercher de l'argent plutôt qu'à faire de la recherche :/

Sign in to participate in the conversation
Eldritch Café

Une instance se voulant accueillante pour les personnes queers, féministes et anarchistes ainsi que pour leurs sympathisant·e·s. Nous sommes principalement francophones, mais vous êtes les bienvenu·e·s quelle que soit votre langue.

A welcoming instance for queer, feminist and anarchist people as well as their sympathizers. We are mainly French-speaking people, but you are welcome whatever your language might be.