Si vous voulez des embrouilles sur les pronoms mais que vous en avez marre du "pour ou contre demander les pronoms" habituels, je découvre de nouveaux bails et je trouve ça assez passionant

Un autre argument que j'ai vu évoqué (je sais pas pourquoi je me passionne pour ça à trois heures du mat'), c'est que normalement les pronoms font partie d'un ensemble figé (une "classe fermée"), les locuteurs d'une langue sont censés connaitre tous les pronoms

Follow

Ça fait partie de la grammaire de la langue et pas juste du lexique où on peut rajouter un truc comme ça, alors qu'en japonais il y a plein de (peut-être-)pronoms(-mais-peut-être-pas) que très peu de gens connaissent

Et du coup on en revient un peu au sujet initial, c'est qu'avec les "néo-pronoms" (???) genre iel/ul/ol/oi/whatever on s'écarte aussi plus ou moins de ce paradigme de classe fermée, et j'ai l'impression qu'il y a aussi deux écoles là-dessus

La première qui consiste à ajouter un ou quelques pronoms neutres (par exemple iel), éventuellement une façon neutre d'accorder (par exemple le point médian) et du coup ça modifie un peu la grammaire mais le but à terme c'est de garder une classe fermée de pronoms

La seconde, elle, consiste à dire que c'est openbar pour les pronoms et que si quelqu'un décide que "patapouf" c'est son pronom ben ok on met "patapouf". Mais on pourrait argüer que ça revient juste à avoir un surnom et à pas utiliser de pronom pour désigner la personne

Et évidemment le problème de cette approche openbar c'est qu'autant ça peut marcher pour l'anglais, où t'as genre he/him/his pour le pronom masculin et si tu veux ton pronom "custom" t'as juste à spécifier "plop/coin/pan", mais en français ça devient vite le merdier

Et j'ai pas trop compris si les déterminants font partie des pronoms (je crois qu'il y a débat en fait) mais toujours est-il que là comme ça au minimal si tu veux un "pronom custom" qui soit réellement utilisable ça nécessité de fournir énormément de variantes

genre les équivalents non seulement de il/lui mais aussi le/mon/ce(t)/(le/du/au/)quel/celui, sans parler de l'accord des noms communs

Et bon je maintiens que formuler comme une question de pronom est un peu étonnant, je pense que pour la majorité des gens ce qui compte vraiment c'est que leur interlocuteurice les considère comme un homme, comme une femme, ou comme ni l'un ni l'autre

et au final je suis pas sure que donner un rôle central à la grammaire (et même pas à la partie de la grammaire la plus liée à ça quand on parle du français) ce soit rendre servir à cet objectif (ni à la grammaire mais enfin osef un peu plus)

(Et accessoirement avec tout ça je sais encore moins ce qu'est exactement un pronom qu'avant)

@crowdagger pas du tout d'accord pour dire qu'en français, ce serait le merdier côté pronoms avec l'approche openbar. ça, à la limite, osef. le vrai merdier pour moi c'est qu'on a pas de vrai neutre' standarisé' en terme d'accords (et le pronom iel, tout comme le double accord avec/sans point médian, n'est pas vraiment neutre non plus, car on part d'une base totalement binaire. (quant à ael, je sais toujours pas comment je devrais le prononcer u_u)) et de déterminants. et je sais qu'il y a plusieurs propositions mais la plupart sonnent très moches à mon oreille. genre par exemple "autaires" pour désigner les auteurices...
Sign in to participate in the conversation
Eldritch Café

Une instance se voulant accueillante pour les personnes queers, féministes et anarchistes ainsi que pour leurs sympathisant·e·s. Nous sommes principalement francophones, mais vous êtes les bienvenu·e·s quelle que soit votre langue.

A welcoming instance for queer, feminist and anarchist people as well as their sympathizers. We are mainly French-speaking people, but you are welcome whatever your language might be.