Cet épisode du podcast Les Couilles sur la Table m'a généré des gros ups et des gros downs
J'ai beaucoup aimé !

binge.audio/nourrir-son-homme-

féminisme et animalisme 

Un truc que j'ai trouvé intéressant vers 19'00'', c'est le fait que les suffragettes se sentaient solidaires du sort des animaux
Les femmes féministes de cette époque faisaient un lien entre leur propre sort et celui des animaux. Une solidarité dans le fait qu'elles étaient considérées inférieures aux hommes, comme les animaux non-humains étaient considérés inférieurs aux hommes

"animaliser" 

Y'a un morceau bizarre vers 30'00'' où ça parle "d'animaliser" les femmes ou les personnes racisées comme pour les diminuer
Et le mouvement anti-spéciste dénonce "l'animalisation des animaux"

Je trouve le choix de mot un peu étrange et rend le propos un peu confus. Si l'intention est de ne plus associer le mot "animaliser" à quelque chose de péjoratif, je ne comprends pas son usage pour dénoncer l'infériorisation des animaux

à la recherche de l'oppression racine 

V. Tuaillon :

> Quel lien vous faites avec les autres oppressions ? Est-ce que vous pensez que c'est parce que y'a ces liens entre humains et animaux qu'il y aurait du racisme, qu'il y aurait du spécisme ? Ça serait la base de toutes les dominations ?

Réponse :

> Je ne dirais pas que c'est la base des autres dominations (...) Je dirais que c'est une sorte de matrice commune, de schéma général qu'on retrouve à chaque fois avec l'idée d'une échelle des êtres

à la recherche de l'oppression racine 

(cont)
> y'a des êtres supérieurs, en soi, des êtres inférieurs, en soi, des êtres égaux, en soi (...) ça suppose une échelle de valeur. C'est toute une vision du monde dans laquelle on vit, dans notre civilisation, qui est fondée sur cette idée d'échelle de valeur des êtres
Il faudrait se débarrasser de cette façon de voir les choses et considérer plutôt ce que vivent les individus, ce qui leur importe.

à la recherche de l'oppression racine 

(cont)
> Considérer que ce qui est important est ce qui leur importe à eux, indépendamment de quelque échelle des êtres que ce soit
Cette histoire d'échelle des êtres, c'est au fondement même de toutes les discriminations de type racisme, sexisme, âgisme, etc.
(...)
l'humanisme n'est pas cet égalitarisme qu'on imagine spontanément, c'est un hiérarchisme (?), une hiérarchie entre les êtres

à la recherche de l'oppression racine 

Ces dernières années, en me documentant sur les oppressions systémiques et en en discutant avec des proches, la question est souvent venue de l'existence d'une oppression racine.
Et si on venait à bout de cette oppression, toutes les autres tomberaient
Si on venait à bout du sexisme, le racisme cesserait d'exister
Si on venait à bout du capitalisme, le sexisme cesserait d'exister
etc.

à la recherche de l'oppression racine 

Je ne crois pas en l'existence d'une oppression racine, qui, quand elle aura disparu fera disparaître les autres par effet domino

Par contre, je partage l'analyse qu'il existe un mécanisme commun à l'œuvre dans toutes les oppressions et ce mécanisme commence toujours par la croyance en une hiérarchie entre des êtres

Follow

Meta, à la recherche de l'oppression racine 

Et je crois que la recherche d'une oppression racine est un mécanisme qui essaye d'établir une hiérarchie (!) entre les oppressions
Il y aurait les bons militants qui luttent contre la bonne oppression racine et les mauvais militants qui perdent leur temps et énergie à militer contre la mauvaise oppression

---

Et c'est ainsi que je suis arrivé à ce qui est écrit sur mon profil masto :
Pas de hiérarchie des luttes
Pas de hiérarchie des souffrances

oppressé.e.s et relation aux animaux 

37'00''
> les personnes porteuses de handicap ou racisées sont continuellement associées à un statut de sous-humains, proche des animaux
Souvent la réaction de ces personnes a été de se distinguer de l'animalité et en disant "moi aussi, je fais partie de l'humanité"
Le black veganism et d'autres mouvements contre le validisme, au lieu de rejeter leur animalisation, vont revendiquer leur pleine appartenance à l'animalité comme corps vulnérable, corps sentient

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

ça commence à 46'30''

> Est-ce que la lutte doit se faire à un niveau individuel, est-ce qu'elle doit se faire à un niveau collectif, politique ? (...)
Si je vous ai bien lu, ce que vous dites, (...) [c'est que changer à un niveau individuel, ça ne suffit pas].

> oui (...) est-ce que ça passe par demander aux gens de changer leurs habitudes ? ou est-ce qu'il faut mettre ses ressources au service d'une lutte institutionnelle ?

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

(cont)
> c'est-à-dire non pas s'adresser aux individus, mais s'adresser à la société dans son ensemble en ayant des revendications d'ordre politique (...)
On pourrait dire que les 2 sont complémentaires (...)
Mais je pense qu'il y a un risque à trop se focaliser sur le changement individuel, un risque en terme d'efficacité
Il faut vraiment, je pense, cultiver cet esprit militant de la lutte collective organisée qui se donne des objectifs

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

(cont)
> des objectifs ambitieux en terme de changements institutionnels, de changements d'organisation de la société dans son ensemble
C'est différent que de simplement s'adresser aux individus un par un, et de leur demander de [changer d'habitude]
C'est presque comme si on faisait abstraction des structures sociales. Les individus, d'une certaines façon, sont surtout le résultat des structures sociales (...)

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

(cont)
> si on veut être plus efficace dans l'avancée de nos objectifs, on devrait chercher à changer les structures sociales, ce qui, je pense, va permettre ensuite aux individus de changer un peu... malgré eux d'une certaine façon

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

Je ressens de la reconnaissance envers la personne qui a dit ces mots parce qu'ils explicitent très bien mon malaise face à certaines formes de militantismes

"permettre aux individus de changer malgré eux"

malgré eux...
C'est-à-dire genre, chuis militant, je sais mieux que toi comment tu devrais penser/vivre, donc je vais t'imposer un mode de pensée. Malgré toi.
Mon désir te concernant s'impose à toi

Je reconnais la culture du viol

Stratégie militante "efficace" et culture du viol 

Le militantisme "mon désir te concernant s'impose à toi" prend racine dans le rationnel

On a des ressources et on cherche à les utiliser "efficacement" (implicitement peu importe les dommages collatéraux à cette efficacité, "ça sera le problème de quelqu'un d'autre, moi, j'ai besoin d'être efficace !"). J'ai l'impression de reconnaître les codes du productivisme

Pour moi, "efficace" fait partie de ces mots qui déclenchent une alarme

Sign in to participate in the conversation
Eldritch Café

Une instance se voulant accueillante pour les personnes queers, féministes et anarchistes ainsi que pour leurs sympathisant·e·s. Nous sommes principalement francophones, mais vous êtes les bienvenu·e·s quelle que soit votre langue.

A welcoming instance for queer, feminist and anarchist people as well as their sympathizers. We are mainly French-speaking people, but you are welcome whatever your language might be.