Follow

Quand on me demande quels bouquins je lis en ce moment, je réponds : « Je sais pas lire 🤷‍♀️ ». Souvent ça fait rire.

Et oui, c’est un peu une vanne, mais pas vraiment. 🧵

« Tu ne sais pas lire ou quoi ?! »
Ça c’est ce que m’avait hurlé une prof de français une fois. Parce que je lisais aucun des bouquins obligatoires. Je lui disais avec les larmes aux yeux : « J’y arrive pas. »

Ça l’énervait. Elle répétait : « Oui comme si tu savais pas lire. »

En fait dans la classe j’étais la seule à oser dire que je n’arrivais pas à lire les bouquins, mais on était pleins à être dans le même cas. Sauf que les autres, ils mentaient pour se protéger d’une humiliation, ou juste pour sauver leurs notes au contrôle de lecture.

À la répression de l’école succède surtout la honte : quand on n’arrive pas à lire des bouquins, on ne le dit pas trop. C’est pas une fierté.

La meilleure strat’, c’est d’avoir des excuses en béton : « je bosse trop en ce moment, j’ai clairement pas le temps. »

Dans mon cas, je réalise seulement depuis l’an dernier l’ampleur de mes troubles de l’attention. Ils ont toujours été là.

Un bouquin sans couleurs ni accroches visuelles, après 10 pages, mon cerveau veut surtout le fuir ; même quand une part de moi veut continuer à le découvrir.

Depuis qq. temps, pour ces bouquins là au format très classique, j’aime les lire au format numérique, sur un iPad.

Une des raisons principales : parce que, toutes les 10 pages, je peux m’y amuser à changer la police, la couleur, la taille. Ça marche un peu, je lis un peu plus.

Un truc qui m’a permis de terminer des bouquins aussi : les audiobooks.

En particulier ceux dont la réalisation est poussée. — ceux qui ont une bande originale, plusieurs acteur·ices, ceux qui savent donner vie au bouquin là où mon cerveau n’y arrive pas.

Tout ça pour dire quoi déjà… ?
Ah oui : je ne sais pas lire. Mais en fait si.

Comme toi peut-être, je lis de la presse chaque jour, je lis des colonnes de threads sur Twitter, de textes postés sur Reddit, de messages échangés.

Et en + : j’écoute des podcasts et des audiobooks.

Dans « tu lis quoi en ce moment ? », par défaut on pense aux livres. C’est nul.

Venez on répond en incluant vraiment tout ce qu’on lit.

« J’ai lu un de ces threads dans le métro olala »
« Ça dépend, des fois des articles de Libé. »
« Le pavé qu’a envoyé ma sœur sur Whatsapp. »

Vous êtes plein à réagir, et on est d’accord : qu’il s’agisse de troubles de l’attention ou d’autres, nos handicaps face à la lecture sont invisibles.

Un validisme parmi d’autres qui nous font quitter nos études, galérer dans nos taffs, et répondre à tort qu’on ne sait pas lire.

@nileane remplacer "je ne sais pas lire" par "je ne peux pas lire ce que tu veux que je lise car tu ne me l'as pas rendu accessible, au même titre qu'une personne aveugle ne peut pas lire si tu ne lui donne pas le livre en braille. Mes handicaps sont invisibles, ta cruauté par contre elle, elle se voit"

@nileane J'avais pas réagit à ton thread hier parce que j'avais pas l'énergie, mais je suis totalement d'accord avec ce que tu dis, et je trouve aussi beaucoup de mal à me focaliser sur des livres, d'ailleurs quelque soit le format. Je crois qu'il me faut un contexte mental particulier, et que mes intérêts spé soit en phase avec la lecture. Donc, autant je peux lire 6 bouquins papier en 1 mois, autant je peux passer 6 ans sans en toucher un seul.

@nileane excellente #enfilade très révélatrice d'un certain snobisme face à la lecture. Le livre de Daniel Pennac "comme un roman" a radicalement changé ma vision des choses à ce sujet. Je me demande si il existe en audiolivre, ou sous forme de BD, mais je le recommande vivement. Pour accompagner une ainée en perte d'autonomie visuelle je peux affirmer que "la lecture" peut prendre plusieurs formes. Il est plus important de se concentrer sur ce qu'on découvre que sur la manière dont on le fait!

Sign in to participate in the conversation
Eldritch Café

Une instance se voulant accueillante pour les personnes queers, féministes et anarchistes ainsi que pour leurs sympathisant·e·s. Nous sommes principalement francophones, mais vous êtes les bienvenu·e·s quelle que soit votre langue.

A welcoming instance for queer, feminist and anarchist people as well as their sympathizers. We are mainly French-speaking people, but you are welcome whatever your language might be.